Après 56 jours de confinement ayant entraîné un chamboulement total et inédit de l’activité professionnelle mondiale, le temps est venu de se demander si le Covid-19 a mis le moral immobilier des français en berne ou si a contrario, cette période a permis à certains prospects de sauter le pas…

Le marché de la construction de maisons individuelles ; des changements de comportements.

La mise en place du télétravail a permis à chacun d’ouvrir les yeux sur la pertinence et l’efficacité de cette alternative de travail qui tend à se démocratiser dans les années à venir. 
La possibilité de télétravailler a permis aux futurs acheteurs de développer ou de modifier leur projet immobilier. En effet, Il est dorénavant d’avantage possible pour eux de s’éloigner de la grande ville pour construire leur avenir plus près des villes moyennes où les prix sont, par définition, plus abordables. 

Depuis une dizaine d’années, les grandes villes sont de moins en moins suscitées par les français et le Covid-19 n’a pas aidé à contrer ce courant.   

Le marché de la construction de maisons individuelles a, en effet largement attisé la curiosité des prospects lors du confinement selon SeLoger qui a mené l’enquête sur les trafics de son site sur deux périodes ; pendant et après le confinement. La demande de maisons avec espaces extérieurs a fortement augmenté et les rayons kilométriques autour d’un point souhaité se sont agrandis. 

SeLoger est très optimiste et prévoit un volume de constructions de maisons identique à celui d’avant confinement pour le premier trimestre 2021. Le marché devrait sans doute connaitre une forte augmentation des demandes post-confinement pour un retour à la normale par la suite. 

Des clients enthousiastes.

Les particuliers ne semblent pas avoir perdu confiance en leur projet ni en leur constructeur ce qui renforce cet optimisme quant à la reprise certaine et durable de l’activité du secteur. 
Cela dit, certains critères ressortent considérablement dans les nouvelles demandes des potentiels acheteurs ; notamment une superficie de maison plus grande, la demande de présence de surfaces extérieures ainsi que la présence d’accès à internet et fibre, devenues presque systématiques. 
La localisation ne semble plus être un critère primordial pour les français.

Enfin, l’attrait grandissant pour une pièce supplémentaire pouvant faire office de bureau ou de chambre aurait été fortement encouragé par le télétravail. Un changement des préférences pour ces critères montrent à quel point le confinement en France a marqué l’esprit des Français. 

La construction de maisons individuelles apparait alors comme la réponse idéale à un avenir plus serein. On dirait que l’optimisme est de mise à l’horizon 2021…